Viens t'amuser à écrire et Rôle Player avec nous !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un rêve, une histoire ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Numa
Admin Démoniaque
Admin Démoniaque
avatar

~ Messages : 157
~ Date d'inscription : 01/09/2011
~ Age : 21
~ Localisation : Loin dans mes rêves . . .

MessageSujet: Un rêve, une histoire ...   Sam 8 Sep - 17:11

[je fais parti de ces filles qui font des rêves bizarres ~ et vous ?]

Esprits

L’école…encore et toujours, vivement le jour où j’aurais plus à apprendre tous ces trucs inutiles par cœur. Mais bon, de quoi je me plein ? C’est bientôt les vacances après tout !
Ma prof d’anglais se tourna vers l’horloge puis se tourna vers la classe et nous sourit : « Bon, faites se que vous voulez », puis elle sortit de la classe, sûrement pour allé prendre son café. A une semaine des vacances les profs nous laissent toujours faire ce qu’on veut, ils se plaignent sans cesse qu’ils ne font pas de la garderie mais ça y ressemblait un peu.
Les élèves commençaient à discuter, et changer de place. Certains sortaient leur DS, et leur portable avec écran tactile et clavier. Mon téléphone portable vibra, je regardai le nom de la personne qui m’avait écrit, c’était Corin : « vient on cause ». Je le regardai par-dessus mon épaule avant de me déplacer pour aller m’asseoir en face de lui, et on commença à parler. Corin était un peu plus grand que moi avec des yeux noirs et de fins cheveux noirs en dégrader qui cachait son cou et ses oreilles.
Au bon d’un moment, je sortis de la salle pour me dégourdir les jambes. Là, deux chats sortirent d’une autre salle, et se précipitèrent sur moi pour me demander des caresses. Un garçon sortit après eux. Il était très grand, comparé à moi, avec cheveux châtain en batail et des yeux bleus profond comme du saphir. Il s’avança vers moi, me sourit et dit : « On dirait qu’ils t’aiment bien. » Après ça deux jumelles sortirent de la salle où sont sortis les chats et les prirent dans leur bras avant de retourner dans leur salle de cours. Ce n’était pas étonnant que des élèves cachèrent leurs animaux dans leur sac, c’était déjà arrivé et les professeurs avaient l’habitude maintenant. Le garçon aux yeux bleus les regarda partir puis se présenta :

« Salut, moi c’est Chrislé ! Heureusement que les profs nous lâche à la fin de l’année, ça commençait à me gonfler l’anglais.
_Moi aussi je déteste l’anglais. Tu as quel prof ?
_Mme Anagegnou. Une langue étrangère dont le seul but et de saouler les élèves. Voilà la seule et unique raison de cette discipline dans un collège.
_Bah, comme ça je suis pas toute seule à le penser.
_Putain, tu fais quoi avec ce con !? » hurla une voix derrière nous

Je me retournai et découvris Carin, il s’emblait en colère, très en colère même. Chrislé ne dit rien mais fini par lui adresser un bonjour :

« Corin ? Bonjour.
_Qu’est ce que tu fou avec cette esprit de sale chien !
_Bon, continua Chrislé avec calme, salut Améria. »

Je lui fis un signe de la main et le regardai retourner dans sa salle de classe, ses yeux bleus saphir avaient un air très mystérieux…


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Le lendemain, la prof d’anglais nous laissa faire ce qu’on voulait, encore une fois. Les élèves commençaient à discuter, et changer de place. Certains sortirent leur DS, et leur portable avec écran tactile et clavier. Cette fois, Corin ne vint pas, il ne m’avait pas adressé la parole depuis hier, il est tellement susceptible ! Je viens vers lui et je lui demandai se qui n’allait pas.

« Tu traînes avec cette impur d’esprit ! C’est ça le problème !
_C’est quoi un impure d’esprit ? Il t’a fait quoi ?
_Rien ! »

Je levai un sourcil, puis je sortis de la salle, le laisser seul serait un bon moyen de le calmer. En sortant, Chrislé m’avait attendu à côté de la porte de sa salle de classe, il avait le dos collé au mur, les bras croisés et un pied sur le mur. Ses yeux se tournèrent vers moi et me sourit.

« Salut !
_Salut, tu fais quoi dehors ?
_Je t’attendais, t’es plutôt sympa je voulais discuter avec toi.
_Oh…dis-moi, qu’est ce qui c’est passé avec Corin ? Il a dit que tu étais un impur d’esprit.
_QUOI ?!
_Oui, ça veut dire quoi ? Tu te drogues ?
_Non.
_Tu bois ?
_Non.
_Tu fumes ?
_Non. Je ne fais rien de tout ça. Tu es trop… C’est…compliqué. »

Le mot « compliqué » était un mot étrange sortant de sa bouche, mais rien que de l’entendre respirer donnait une impression étrange, une sensation de mystère…

Plus tard, je rentrai chez moi. En rentrant, je vis ma mère allongée par terre dans le salon. Je me précipitai vers elle en criant son nom mais elle ne bougea pas. Au même moment, j’entendis la voix de mon frère crier à plein poumon, un crie à faire fuir la Mort…
Je montai en courant, manquant de trébucher sur une marche, mon grand frère était devant son bureau les bras et la tête tombante, les yeux horrifiés. Je me précipitai dans la chambre de mes frères car j’avais entendu un bruit. Dans la chambre de mes frères, mon petit frère était étalé sur son lit, sa DS affichait un GAME OVER et une musique troublante.
Horrifiée, Je me précipitai dans ma chambre. Personne. Dans la chambre de mes parents. Personne. Je descendis les escaliers, et me précipitai dehors. Mon père était étalé par terre un couteau de cuisine à la main gauche. Pendant que je hurlais son nom et de l’aide, des pleurs se firent entendre. Je les suivis, jusqu’à l’abri de jardin. Je l’ouvris, et vis ma sœur terrorisée et en pleure. Après l’avoir calmé en vitesse, je pris un sac, enfonçant des vêtements dedans et les portefeuilles de mes parents dans les poches. J’entraînai ma sœur hors de mon quartier. Les maisons étaient fermaient, aucune voiture, personne. Il n’y avait vraiment personne…
Le jour se couchait. Nous nous mîmes à courir hors de notre quartier. Les lampadaires ne s’allumaient pas, nous n’y voyons plus rien même pas nos propres pieds.
Des pas étranges se rapprochaient. Sans que je ne vis rien, ma sœur se fit transpercer par une chose étrange, elle agonisa. Je la pris dans mes bras et la secouai, ma sœur n’arrivait plus à respirer, et mourut avec des yeux horrifier comme ceux de mon grand frère. Je relevai la tête et vis une chose immonde, aussi grande qu’un humain, toute noir, son sourire machiavélique et ses yeux rouge sang me regardaient avec une étrange envi de me tuer dans la souffrance. Quand il se jeta sur moi, une silhouette d’homme se mit entre lui et moi, se qui le repoussa. Après que la créature se retrouva par terre, le garçon me prit le poigner et m’entraînai dans sa voiture qui était garé juste à coté. Lorsque je fus assise, je vis que c’était Chrislé. Je fus très étonnée qu’il sache conduire à seulement quinze ans. Il sauta sur le toit de la voiture et avec une souplesse légendaire sauta sur le siège du conducteur et fit démarrer sa voiture tout en refermant sa porte.

« Attache toi, dit-il d’une voix calme avec un regard impassible
_Hein ? »

Pas le temps de répéter, il roula à toute vitesse. Je me retournai sans pour autant être attacher et je regarder par la vitre de derrière se qui se passait dehors, apparemment la créature avait appelé ses amis, après quelques secondes, ils étaient au moins cinq !

« Mais pourquoi ils veulent me tuer ?!
_Tu devrais t’attacher » dit-il toujours d’une voix calme avec un regard impassible

Plus je lui posais de questions, plus il accélérait. Je ne savais pas où il m’emmenait mais en dirait qu’il essayait de semer les monstres.

« Ils ont tuer toute ma famille ! Pourquoi ?!
_Mets ta ceinture.
_Tu l’as repousser, comment ? C’est quoi ?
_Pardon…
_Quoi ?!
_Tout ça c’est ma faute. Désolé.
_Mais ! Réponds à mes questions Chrislé !
_ATTACHES-TOI ! »

Chrislé avait perdu son calme, il roulait comme un malade et en plus il n’avait même pas 18 ans !!!! Quand je me retournai, il n’y avait plus rien. Chrislé arrêta la voiture dans une rue que je connaissais bien…trop bien. Il descendit de la voiture, je fis de même.

« Tu ne risque rien dans ce quartier et les squares là et là, dit-il en les montra du doigts, mais fais attention quand même, viens. »

Chrislé se retourna pour allé ouvrir la porte d’une maison, j’en profitai et me précipitai vers une maison que je connaissais bien en faisant attention à se qu’il ne me voit pas.
Lorsque je fus devant la porte de la maison que je cherchais, j’y entrai sans frapper puis je refermai la porte derrière moi. Je regardai par les petits vitraux si Chrislé venait. En effet il me cherchait avec les jumelles que j’avais vu hier, et trois chats, deux que j’avais aussi vu hier et l’autre je ne l’avais jamais vu mais il était très mignon.
Ma grand-mère vint à ma rencontre et me demanda se que je faisait là, je lui dit avec panique et en me jetant dans ses bras que mes parents, mes frères, ma sœur, tous étaient morts !
Puis, sans frapper, Corin fit son entrer, avec deux grands garçons.

« Tu viens avec moi !
_Non mais t’es malade ! Je viendrai pas avec toi ! Ni avec lui, ni lui d’ailleurs !
_Je m’en fou, je suis responsable de toi maintenant !
_Hein ?! »

Et comme si c’était pas fini, cet brute m’empoigna le poigné et me traîna jusqu’à une voiture garé à côté du portail. Soudain, un chat se jeta sur lui, je me précipitai dans les bras de ma grand-mère pendant qu’il était occupé à se débattre. Je me retournai, je vis Corin et les deux garçons prêt à sauter sur Chrislé et les jumelles. Une tension insupportable montait, apparemment entre Corin et Chrislé c’était bien plus que de la haine.

« STOOOOP ! intervint ma grand-mère. Dites-moi le problème les garçons.
_Je suis son tuteur, commença Corin
_Tuteur ? Tu plaisantes ! protesta Chrislé
_Les garçons un par un, Corin vas y, expliques-toi.
_...J’ai pensé très fort au esprit impur quand je lui parler
_Moi aussi. Je ne voulais pas, quand elle partie j’avais vu un esprit me dire que « c’était trop tard ».
_Je ne l’ai pas vu mais je sais que c’est ma faute, et je veux la réparer.
_Comme c’est votre faute à tout les deux il n’y a plus qu’une solution… »

Ma grand-mère se tourna vers moi et tous les yeux me regardèrent étrangement. J’avais vu tout un tas de choses atroce en une seule nuit, que va-t-il encore m’arriver ?

« Tu dois choisir, préfères-tu allais avec les chasseurs ou les civilisés ?
_PARDON ?! »

Je ne savais pas du tout que qu’était des « chasseurs » et des « civilisé » dans se qu’elle venait de me dire. Mais une chose était sûr, je devais choisir entre mon plus vieil ami et mon sauveur…

« C’est simple, sois tu choisis de tuer se qui ont tuer ta famille, ou sois tu es pacifique.
_Tu es quoi toi ? demandai-je à ma grand-mère
_Moi…je suis chasseuse à la retraite.
_Mais c’est quoi ce truc des impures ? Je comprends rien !
_Les impures sont les esprits des morts qui sont mauvais. Ceux qui sont bons, sont les esprits purs, comme Chrislé, Corin et moi…
_QUOI ?! T’es morte alors ?!
_Oui, depuis longtemps, c’est ma deuxième vie, et quand elle sera terminée, j’irais au paradis, les esprits impures ont une deuxième vie aussi mais pour se racheter de leurs mauvaises action et quand il sont mort pour la deuxième fois, soit il a changé et ont une troisième vie, celle d’un esprit pure et ne peut plus faire le mal, ou sinon il va directement en enfer. Les chasseurs ne croient pas au transformation des impures et veulent que les humains survivent, car les impures se nourrissent de leur âme. Et les pacifiques croient profondément aux changements. Tout ce quartier et ces deux squares sont des esprits purs, ce à la retraite sont éparpillé un peu partout.
_...Si je suis chasseuse je détruirais les impures ?
_Oui, à par si c’est eux qui te tue avant…
_Alors je serais chasseuse !
_QUOI ?! Amy, c’était des humains avant ! s’écria Corin
_Corin c’est mon choix, ces choses ont tué ma famille ! Je dois les venger !
_Tu ne peux pas faire ça ! T’es humaine tu vas te faire tuer !
_Tu ne peux plus me retenir maintenant, dis-je en allant vers Chrislé.
_NON ! Arrête ! »

Il fit un pas brusque et un des chats se jeta sur lui pour le griffer la figure. Corin se débâtit, il avait compris que plus rien ne pourrait m’empêcher de venger ma famille. Mais en faisant ce geste, on avait compris tout les deux, que maintenant, on ne pourrait plus être ami…


Chrislé posa sa main sur mon épaule et m’entraîna dans une maison au fond d’un square, je me retournai une dernière fois pour voir le visage de Corin. Il était triste. Lorsque Chrislé ouvrit la porte de la demeure en question…une tonne de chats se jeta sur moi pour des caresses ! Plusieurs personnes les repris.

« Pourquoi avez-vous autant de chats ? demandai-je surpris
_C’est parce qu’on est nombreux et qu’il y a un chat par personne, c’est une sorte d’ange gardien mais les civilisés n’aiment pas trop les animaux, surtout les chats, personne n’a jamais su pourquoi.
_Ah… »

Je m’engouffrai dans le salon, il y avait une table immense, des gamins qui couraient partout, des filles qui faisaient la cuisine dans une autre pièce, des garçons qui faisaient de la magie en disant des trucs bizarres devant une cheminée, Chrislé me prit par ma main et m’emmena au deuxième étage, les escaliers montaient tout droit, cette maison était plus grande que vu de l’extérieur. Lorsque je fus arrivé en haut, j’avais toujours la main de Chrislé dans la mienne, elle était foide, froide et si pâle, comme la neige…
Cette main m’obsédait mais je finis par relever la tête et je vis…Un kilomètre de couloir !

« Ce sont les dortoirs, enfin, les chambres.
_La maison est plus grande que quand on la voit dehors.
_C’est la magie. Il faut la contrôler si on veut battre les impures. Et les chasseur en sont des spécialistes mais ils ont chacun une spécialité bien sûr. Je vais te montrer ta chambre. »

Chrislé m’entraîna au fond du couloir, je regardais cette immense pièce, elle était très éclairée et accueillante, des tableaux ornaient les murs et les portes étaient peintes de différente couleur avec parfois des posters, des dessins, comme de vraies portes de chambres. Chrislé se stoppa entre deux portes et se mit à dire quelque chose d’étrange, puis, une porte apparut. Stupéfaite je ne dis rien, il se mit à rire à la vu de ma tête, il ouvra la porte et me fit entrer.

« WAOUH ! »

La chambre était immense, avec un lit pour deux, un bureau, un ordinateur, une télé, une armoire en bois de chêne, une immense fenêtre avec balcon qui donner sur la forêt, la mer, et la montagne en même temps. Normalement j’aurais du voir des ruelles sombres, c’était … magique.
J’ouvris la fenêtre pour vérifier, j’entendis le bruit des vagues, la brise du soir qui caresser mes cheveux, la douce chanson des feuilles quand elles se touchent, ainsi que celle des vagues quand elles s’échoues sur la plage. Le soleil se levait avec des nuages tout pleins de couleur…

« Que c’était beau… »

Je me retournai, Chrislé me regarder avec beaucoup de tendresse, il prit place à coter de moi. Je plongeai mes yeux dans les siens. Ses grands yeux saphir qui étincelaient de gentillesse. Soudain, il se mit en équilibre sur la barre du balcon.

« Mais arrête ! Tu es fou ! Descend Chrislé
_T’inquiète pas, je vais juste te montre quelque chose. »

Il sauta du balcon, qui était très très très haut. Je me penchai pour voir s’il n’avait rien de cassé même si je savais qu’un être humain normal ne pourrait pas survivre à ça. Alors je le vis déployer des ailes blanches comme la neige, il survolait à cinq mètres du balcon, je le félicitais avec des applaudissements et un grand sourire. Il planait devant moi, un grand sourire sur le visage, je cessais mes applaudissements pour lui donner l’un de mes plus tendres sourires. Chrislé se figea soudainement, son sourire se dissipa, je me retournai.
Ses yeux rouge sang…Il était là…L’esprit impur…


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


« Comment t’es entré ici toi ?
_Il est trop tard…sa fin est proche… »

Chrislé s’était placé devant moi avec une rapidité sans égal, l’esprit ressemblait à un monstre, on aurait dit qu’il était couvert de boue gluante avec des antennes et ses doigts étaient si crochus. Ces monstres n’existaient que dans les livres et dans les films pourtant, et comment était-il entré ?
Ma réflexion s’arrêta là, Chrislé me prit par la taille et les genoux puis décolla du balcon juste avant que le monstre ne se jette sur nous.

« Chrislé c’est après moi qu’il en a il faut que tu me laisse sinon tu vas te faire tuer ! »

Chrislé défronça les sourcils et me regarda avant de me sourire, je fus très étonnée de sa réaction dans un moment aussi atroce. Chrislé me serra un peu plus fort contre lui.

« Ne t’en fais pas il ne pourra rien me faire et je te protègerais au péril de ma vie.
_Pourquoi…pourquoi tu fais tout ça pour moi ? »

Chrislé ne dit rien, il continuait de voler par-dessus la vallée. Ça m’était bien égale toutes ces questions sans réponses, avec lui je me sentais en sécurité…

« Chrislé, je suis fatiguée…
_Quoi ? Combien de temps as-tu regardé l’esprit ? Qu’est-ce qu’il ta dit ?
_Il a dit…que ma fin était proche…
_Non ! Accroche-toi Amy !
_J’ai froid…
_Reste éveillée !
_Chrislé…promet moi…d’être toujours là pour moi . . .d’être toujours à mes cotés.
_Bien sûr que je serais toujours à tes côtés, dès que je t’ai vu, je me le suis promis… »

Je pouvais fermer les yeux maintenant, je savais que Chrislé ne me lâcherais pas, il me garderait dans ses bras…pour toujours…
Peut-être que je renaîtrais en esprit ou peut-être que je rejoindrai mes parents au ciel…mais en attendant seul le doux cœur battant de Chrislé importait…


fin du rêve ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un rêve, une histoire ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Juste une image... :: ○ Hors Contexte ○ :: Histoires...-
Sauter vers: